Nature, Santé & Ecrans Solaires

"Dans l'ensemble, l'industrie des cosmétiques est l'une des industries les moins réglementées au monde, ce qui signifie que nous devons faire très attention en choisissant des ingrédients sûrs."

- Karl, Suntribe Co-Founder

Après des décennies de recherche, il est désormais clair qu’il existe plusieurs causes réelles de préoccupation en ce qui concerne les cosmétiques et les écrans solaires. Les problèmes sont compliqués. Il s’agit surtout des ingrédients utilisés et du fait qu’ils ne sont pas correctement testés et évalués avant d’être approuvés pour être utilisés dans des cosmétiques et mis sur le marché. Il existe des milliers d’ingrédients différents approuvés et les sociétés de cosmétiques ne sont pas tenues de les tester, ni même de cesser de les utiliser lorsque la recherche révèle qu’ils sont dangereux. Dans l’ensemble, l’industrie cosmétique est l’une des industries les moins réglementées au monde, ce qui signifie que nous devons être très prudents.

Dans cette section, nous allons essayer d’expliquer les problèmes d’une manière logique. Nous résumons d’abord, puis nous approfondissons. Si vous aimez plutôt les films, nous vous recommandons de regarder Toxic Beauty (2019)pour en savoir plus sur ces problèmes. Ces trois points mettent en évidence les principaux problèmes que posent aujourd’hui les cosmétiques et les produits de protection solaire.

1.

Certains sont dangereux

Il est prouvé que certains ingrédients sont carrément dangereux pour l’homme et nocifs pour l’environnement. Prenons deux exemples : Des études récentes ont prouvé qu’il existe un lien entre l’utilisation d’une crème solaire chimique pendant la grossesse et des maladies rares chez l’enfant. (DiNardo & Downs 2019) et la corrélation entre l’utilisation de crèmes solaires chimiques et le blanchiment des récifs coralliens est prouvée depuis longtemps (Danovaro 2008, Wood 2018).

2.

Certains sont encore incertains

De nombreux ingrédients utilisés dans les cosmétiques et les écrans solaires ne sont toujours pas correctement évalués. Cela signifie simplement que nous ne savons pas vraiment s’ils peuvent être utilisés en toute sécurité! Les phtalates et les parabènes sont deux exemples célèbres de catégories d’ingrédients qui étaient (et sont toujours) présents dans de nombreux produits cosmétiques, mais dont la nocivité est désormais avérée. Résolvons le problème des ingrédients incertains en utilisant plutôt ceux dont il a été prouvé qu’ils ne sont pas dangereux.

3.

Certains sont difficiles à comprendre

Les cosmétiques et les crèmes solaires peuvent être très difficiles à comprendre, et ensuite cela peut devenir dangereux. Un exemple courant dans l’industrie cosmétique est l’étiquetage des parfums et des fragrances. Ces étiquettes peuvent cacher de très mauvais ingrédients et il est impossible de le savoir! Chaque fois qu’un fabricant choisit d’utiliser ces termes génériques pour désigner ses ingrédients, il faut savoir que dans plusieurs cas, il s’est avéré qu’ils contenaient des ingrédients dont la nocivité est avérée.

Nature, Santé & Ecrans Solaires
Avec les aliments, vous comprenez généralement la liste des ingrédients, mais comprenez-vous ce qui est écrit au dos de votre crème solaire?

Le changement est en marche

Nous pensons que les preuves du monde réel sont celles qui frappent le plus fort. Voici les principaux exemples qui, selon Suntribe, montrent que le monde se dirige vers un changement en matière de protection solaire.

Les agences gouvernementales commencent à réagir

La FDA et d’autres agences similaires réévaluent actuellement leur position traditionnelle sur les filtres UV chimiques. Ils ont maintenant admis que la plupart de ces produits chimiques ne peuvent plus être considérés comme sûrs, et que nous pouvons nous attendre à ce que les réglementations changent. Ces études montrent clairement que plusieurs filtres UV chimiques sont facilement absorbés dans la circulation sanguine, qui, combinées aux études montrant les effets négatifs de ces mêmes produits chimiques, dressent un tableau sombre. Cela suggère très fortement qu’il y a un réel problème avec les filtres UV chimiques utilisés dans les écrans solaires conventionnels et la santé humaine.

Les pays interdisent les crèmes solaires conventionnelles

Plusieurs pays ont pris des mesures pour interdire une série de filtres UV chimiques. Cela signifie que vous ne serez plus autorisé à introduire dans ce pays ou cette région des produits solaires contenant ces ingrédients. Cela suggère très fortement qu’il existe un réel problème avec les filtres UV chimiques et la dégradation de l’environnement.

Vous avez maintenant une idée générale du problème : les êtres humains et l’environnement souffrent de la négligence des industries conventionnelles et de l’utilisation d’ingrédients nocifs. Nous examinons ci-dessous les différents secteurs de l’industrie des cosmétiques et des crèmes solaires et tentons de montrer quels sont, selon nous, les principaux problèmes. Ce n’est qu’une fois que vous savez quels sont les problèmes que vous pouvez les éviter et commencer à les résoudre!

Nature, Santé & Ecrans Solaires

Le problème des cosmétiques en général

Les cosmétiques sont l’une des industries les moins réglementées au monde. Cela signifie que nous devons simplement croire que les entreprises utilisent des ingrédients sûrs. Il s’agit d’une méthode défectueuse, qui ne peut que conduire au danger et au mal. Le problème est qu’il y a tellement d’ingrédients différents utilisés dans les cosmétiques et qu’il est très difficile de les évaluer scientifiquement dans des conditions réalistes de la vie quotidienne.

C’est pourquoi nous ne découvrons souvent qu’a posteriori que certains ingrédients sont nocifs. Lorsque nous découvrons qu’un certain ingrédient est nocif, il est déjà largement disponible sur le marché depuis plusieurs années. Le moyen d’éviter ce problème général dans l’industrie cosmétique est de n’utiliser que des ingrédients testés et vérifiés scientifiquement qui sont sur le marché et évalués depuis longtemps. Le problème, bien sûr, c’est qu’il est très bon marché et rentable d’utiliser des produits chimiques synthétiques peu coûteux, sans tenir compte de leurs effets sur l’environnement ou notre santé.

Selon la cartographie des cosmétiques de l’EWG (Environmental Working Group), nous pouvons trouver toute une série d’ingrédients dangereux dans les cosmétiques courants. Il ne s’agit pas d’un domaine scientifique incertain – Nous savons que les humains ne bénéficient pas du contact avec ces ingrédients, nous savons en fait qu’ils nous sont nuisibles.

Nous détaillons ci-dessous certains des groupes d’ingrédients les plus étudiés et les plus nocifs (cliquez sur l’ingrédient pour en savoir plus):

Nature, Santé & Ecrans Solaires

L'enjeu est à long terme

Comment est-ce possible? Comment est-il possible que nous n’ayons pas pu découvrir cela plus tôt et empêcher que des produits dangereux soient mis à la disposition des humains dans le monde entier?

La raison principale est que nous ne savions pas. Les problèmes ne sont devenus évidents qu’après une longue période pendant laquelle le consommateur a été le cobaye, sans le savoir et sans le vouloir. Lorsqu’il s’agit des conséquences potentielles que des choses ou des actions peuvent avoir sur les humains et l’environnement (pensez au changement climatique…), notre compréhension a généralement plusieurs années ou décennies de retard sur la réalité. Il en va de même pour les cosmétiques et les écrans solaires. La vraie raison pour laquelle nous ne savions pas est que nous n’avions pas de bonnes preuves.

Toutefois, au fil du temps, des recherches longitudinales (études portant sur les mêmes personnes sur une période plus longue) ont permis de conclure que les cosmétiques et les écrans solaires posent plusieurs problèmes bien réels et que les règles doivent être modifiées pour assurer la sécurité des êtres humains et de l’environnement.

Écrans solaires et cosmétiques

Les écrans solaires sont définis comme des cosmétiques, mais ils nécessitent une attention particulière en raison du ou des filtres UV utilisés dans les écrans solaires. Le filtre UV est l’ingrédient qui transforme essentiellement un produit cosmétique en produit de protection solaire. Les écrans solaires contiennent soit un ou plusieurs filtres UV chimiques, soit un ou plusieurs filtres UV minéraux, soit les deux.

Nous couvrons les différences et les définitions en détail dans cet article.,mais voici l’essentiel: Les filtres UV chimiques vous protègent du soleil en pénétrant dans votre peau et en rendant temporairement vos cellules plus résistantes au soleil. Ce processus prend environ 20 minutes après l’application. Les filtres UV minéraux vous protègent du soleil en créant une couche protectrice sur votre peau. Ils commencent à agir immédiatement après l’application et n’affectent pas vos cellules. 

À partir de maintenant, nous ne parlerons que des filtres UV chimiques, car il s’agit de la catégorie de filtres UV la plus préoccupante en ce qui concerne les problèmes de santé et d’environnement. Les filtres UV minéraux sont largement considérés dans la recherche comme des alternatives sûres et inoffensives aux filtres UV chimiques, bien qu’il soit important de savoir que tous les filtres UV minéraux ne sont pas également sûrs (en savoir plus sur ce point). ici). 

Comment vous protéger du soleil lorsque vous faites du sport

Problèmes de santé humaine et écrans solaires

Les filtres UV chimiques font enfin l’objet d’un examen minutieux dans le monde entier depuis que la recherche a montré de plus en plus clairement leur dangerosité pour l’homme. 16 filtres UV étaient traditionnellement considérés comme sûrs par l’autorité américaine FDA (FDA 2019), cependant après plusieurs études, la FDA a reconsidéré son opinion et affirme que 14 des 16 filtres UV autorisés ne peuvent plus être considérés comme sûrs car il n’y a pas assez de données pour étayer cette affirmation. Cela signifie que la FDA a maintenant retiré ces ingrédients de sa liste d’ingrédients. Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite) GRASE (Generally accepted as safe and effective / Généralement accepté comme sûr et efficace) catégorie. C’est une indication majeure que nous devons rester à l’écart de ces ingrédients.

Certaines études affirment même que les avantages de la protection solaire disparaissent lorsqu’on utilise un filtre UV chimique, car le corps subit davantage de dommages causés par ces ingrédients que par le soleil lui-même (Krause 2012, Schlumpf 2010). En particulier, la FDA s’est inquiétée de la quantité de ces produits chimiques réellement absorbée par le corps humain.

Pour l’instant, la FDA affirme que seuls les deux filtres UV minéraux, l’oxyde de zinc et le dioxyde de titane, ont fait l’objet de suffisamment de recherches pour être considérés comme sûrs (FDA 2019). Ces deux filtres UV minéraux sont les seuls filtres UV figurant actuellement sur la liste GRASE de la FDA.

Nous allons aborder ci-dessous certaines conséquences et maladies courantes que la recherche a associées à l’utilisation de filtres UV chimiques.

Selon la cartographie de la toxicité des filtres UV chimiques établie par l’EWG,les préoccupations les plus pressantes pour les humains sont les suivantes:

Perturbation endocrinienne et hormonale

Au moins 3 ou plus des filtres UV chimiques sont des perturbateurs endocriniens avérés. Cela signifie qu’ils peuvent causer toute une série de problèmes pour la santé humaine et qu’ils sont particulièrement préoccupants pour les populations vulnérables telles que les enfants et les femmes enceintes. Les conséquences comprennent un poids anormal à la naissance, des problèmes de système reproducteur, des problèmes de fertilité, des problèmes de développement, des problèmes de thyroïde, des déséquilibres d’androgènes et d’œstrogènes, et la liste est longue (Ghazipura 2017, Janjua 2004, Schlumpf 2008, Schlumpf 2010).

Allergies de la peau

Une conséquence courante des filtres UV chimiques est l’apparition d’allergies cutanées. Cela peut se traduire par des éruptions cutanées courantes ou par le développement d’une urticaire et d’autres défigurations similaires de la peau.

Maladies rares

Il existe des liens évidents entre les filtres UV chimiques et certaines maladies graves et rares. La maladie de Hirschsprung, par exemple, est une malformation congénitale caractérisée par l’absence de cellules nerveuses à l’extrémité de l’intestin de l’enfant. Elle entraîne une augmentation du volume du côlon et un rétrécissement du rectum. Cela peut être extrêmement risqué pour l’enfant et une intervention chirurgicale est nécessaire pour résoudre le problème. Lire notre article de blog sur le sujet pour des illustrations et des explications approfondies. On a constaté que cette maladie est plus fréquente lorsque les femmes utilisent des filtres UV chimiques pendant leur grossesse. L’oxybenzone est un filtre UV qui a fait l’objet d’une attention particulière en raison de son lien avec la maladie de Hirschsprung.

Infertilité masculine

Une étude de l’université de Copenhague a révélé que 13 filtres UV chimiques couramment utilisés sont liés à l’infertilité masculine. L’étude a montré que les filtres UV chimiques réduisaient la fertilité par le biais de la perturbation endocrinienne. Pour en savoir plus sur l’étude, consultez notre article de blog.

Garçon et homme

Problèmes environnementaux et écrans solaires

Tout comme les problèmes de santé humaine, les problèmes environnementaux liés aux crèmes solaires proviennent principalement des filtres UV chimiques et les problèmes qu’ils causent sont bien réels.

Voici ce que nous pensons, chez Suntribe, être les problèmes environnementaux les plus graves liés aux filtres UV chimiques.

Dommages causés aux poissons et autres espèces marines

Dommages causés à la vie aquatique en raison de la bioaccumulation et de la bioamplification des toxines. Ça semble fou, non? En gros, voici ce que cela signifie: Les humains libèrent beaucoup de filtres UV chimiques dans les océans, les lacs et autres environnements naturels. Ces filtres UV chimiques sont toxiques. Les poissons et autres animaux marins ont tendance à accumuler ces produits chimiques dans leur organisme. Cela provoque des effets œstrogéniques, ce qui est mauvais, et cela endommage les écosystèmes au fil du temps, d’autant plus gravement que les produits chimiques s’accumulent. En fin de compte, nous mangeons le poisson et accumulons les mêmes produits chimiques toxiques dans notre corps. Résultat final: mauvais pour la vie animale, mauvais pour la vie humaine.

Blanchiment des coraux

Il a également été démontré que les filtres UV chimiques blanchissent les récifs coralliens, même à de très faibles concentrations(Danovaro et al. 2008). Ce phénomène est considéré comme une menace majeure pour plusieurs zones de récifs coralliens dans le monde(Sharifan et al. 2016), et des interdictions de filtres UV chimiques sont mises en œuvre dans plusieurs régions du monde pour lutter contre ce problème. Lisez notre article de blog sur pourquoi six endroits dans le monde ont signé l’interdiction des écrans solaires pour découvrir les vents positifs de changement qui soufflent. Le gouvernement suédois a financé une étude qui a montré que les filtres UV chimiques provoquent ce qui suit: a) Blanchiment des coraux durs b) Dommages et déformation des larves de corail c) des dommages à l’ADN des coraux et à leur succès reproductif (Wood 2018).

Ces deux points sont pour nous, chez Suntribe, de très bonnes raisons de ne plus utiliser de filtres UV chimiques. La raison pour laquelle nous avons lancé Suntribe était de fournir un produit solaire alternatif, qui ne contient pas de filtres UV chimiques ou tout autre ingrédient lié, même de loin, à l’absence de sécurité. C’est cette recherche qui nous a motivés à entamer notre voyage, car nous avons pu constater qu’il s’agissait d’un problème réel et, en tant que passionnés de crème solaire et amoureux de la nature, nous avons voulu contribuer à la solution. 

SPF, UVA & UVB

Vous pouvez contribuer au changement

Enfin, il existe une solution assez parfaite à tous ces problèmes. C’est vous. Avec les bonnes connaissances et une bonne détermination, il est parfaitement possible d’éviter la plupart, voire tous les problèmes liés aux cosmétiques et aux écrans solaires conventionnels. Il existe des alternatives responsables à tous les usages cosmétiques imaginables. Ils fonctionnent tout aussi bien, sans les conséquences. Le problème réside maintenant dans nos habitudes, et la solution n’est pas d’arrêter d’utiliser des cosmétiques, mais de repenser nos habitudes en matière de cosmétiques et de passer à des produits qui ont les mêmes résultats, mais sans conséquences négatives. 

Lorsque suffisamment de personnes auront appris la réalité des ingrédients contenus dans les cosmétiques, le problème disparaîtra de lui-même, car nous pensons que personne n’est prêt à acheter des produits qui, sans raison apparente, sont nocifs pour nous ou pour l’environnement. Surtout pas quand les alternatives existent. Nous vous proposons ci-dessous quelques outils et conseils pour vous aider à éviter les problèmes et à trouver des solutions de rechange.

http://www.safecosmetics.org/ – Lisez et apprenez quels sont les types de produits dont il faut se méfier, et ce que signifient réellement les noms des ingrédients.

https://www.ewg.org/skindeep/ Recherchez des ingrédients et des produits et obtenez facilement un aperçu de leur sécurité.

https://suntribesunscreen.com/blog/ – Découvrez les ingrédients spécifiques à éviter et obtenez des conseils pour changer vos habitudes et adopter un mode de vie durable.

Sur cette note, quittons le monde obscur des problèmes qui nous ont poussés à nous lancer dans cette aventure, pour nous concentrer sur les résultats : La solution au problème. Si vous êtes intéressé par la solution de Suntribe à ces problèmes, retrouvez-la sur notre page de transparence.

Si vous êtes intéressé par les solutions de certains de nos partenaires, nous vous recommandons de consulter les organisations environnementales:

https://nordicoceanwatch.no/en/front/ – Une initiative fantastique de la Norvège. Nordic Ocean Watch (NOW) est un acteur concret qui apporte un réel changement dans le monde. L’une de leurs priorités est de mettre en œuvre des projets qui permettent aux gens de recycler et d’éliminer les déchets présents sur les plages.

https://www.seagoinggreen.org/ – La mission de Sea Going Green est de donner aux entreprises touristiques les moyens de rendre leurs activités plus durables. Ils mesurent et gèrent les empreintes carbone des entreprises touristiques et les aident à réduire leur impact sur l’environnement.

Si vous souhaitez découvrir notre sélection de produits cosmétiques à sécurité garantie, cliquez sur le bouton ci-dessous. Aussi, un grand merci à vous qui êtes arrivés jusqu’ici dans le texte. Ce n’est que grâce à la volonté des gens d’apprendre et d’essayer de nouvelles méthodes que nous pouvons avoir un impact positif sur ce monde – et vous êtes l’une de ces personnes!

Y a-t-il quelque chose que nous avons manqué et sur lequel vous auriez aimé en savoir plus? Y a-t-il quelque chose ici qui vous a rendu heureux ou triste, ou peut-être même bouleversé, et que vous aimeriez nous faire partager ? Notre entreprise n’est rien sans vos réactions et vos opinions. N’hésitez pas à nous contacter via le formulaire de contact ci-dessous:

Références

Bonner, M., Han, D., Nie, J. et al. (2005). Breast cancer risk and exposure in early life to polycyclic aromatic hydrocarbons using total suspended particulates as a proxy measure. Cancer Epidemiology Biomarkers & Prevention. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/15668476

Danovaro, R., Bongiorni, L., Corinaldesi, C. et al. (2008). Sunscreens cause coral bleaching by promoting viral infections. Environmental Health Perspective. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2291018/

DiNardo, J. & Downs, C. (2019). Can oxybenzone cause Hirschsprung’s disease? Reproductive Toxicology. https://doi.org/10.1016/j.reprotox.2019.02.014

Eriksen M., Lebreton L., Carson H. et al. (2014). Plastic Pollution in the World’s Oceans: More than 5 Trillion Plastic Pieces Weighing over 250,000 Tons Afloat at Sea. PLOS ONE. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0111913

Ghazipura, M., McGowan, R., Arslan, A. & Hossain, T. (2017). Exposure to Benzophenone-3 and Reproductive Toxicity: A Systematic Review of Human and Animal Studies. Reproductive Toxicology. https://www.researchgate.net/publication/319296314_Exposure_to_Benzophenone-3_and_Reproductive_Toxicity_A_Systematic_Review_of_Human_and_Animal_Studies

Sharifan, H., Klein, D. & Morse, A. (2016). UV filters are an environmental threat in the Gulf of Mexico: a case study of Texas coastal zones. Oceanologia. https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0078323416300355

Janjua, N., Mogensen, B., Andersson et al. (2004). Systemic absorption of the sunscreens benzophenone-3, octyl-methoxycinnamate, and 3-(4-methyl-benzylidene) camphor after whole-body topical application and reproductive hormone levels in humans. The Journal of Investigative Dermatology. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/15191542

Krause M., Klit A. & Blomberg Jensen, M. (2012). Sunscreens: are they beneficial for health? An overview of endocrine disrupting properties of UV‐filters. Journal of Andrology. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22612478

Osterwalder, U. & Herzog, B. (2009). Sun protection factors: world wide confusion. British Journal of Dermatology. https://onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.1111/j.1365-2133.2009.09506.x

Schlumpf M., Kypke K., Wittassek M. et al. (2010). Exposure patterns of UV filters, fragrances, parabens, phthalates, organochlor pesticides, PBDEs, and PCBs in human milk: correlation of UV filters with use of cosmetics. Chemosphere. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21030064#

Schlumpf M., Durrer S., Faass O. et al. (2008). Developmental toxicity of UV filters and environmental exposure: a review. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18194281

U.S. Department of Health and Human Services (2016). Coal Tars and Coal-Tar Pitches. Part of: Report on carcinogens, 14th edition. https://ntp.niehs.nih.gov/ntp/roc/content/profiles/coaltars.pdf

Wood, E. (2018). Impact of Sunscreen on Coral Reefs. https://www.icriforum.org/wp-content/uploads/2019/12/ICRI_Sunscreen_0.pdf

Yooeun Chae, Youn-Joo An, Effects of micro- and nanoplastics on aquatic ecosystems: Current research trends and perspectives, Marine Pollution Bulletin, https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/28222864/